Donner un sein ou les deux

De nombreuses mères reçoivent maintenant le conseil de ne donner qu’un sein par tétée.

 

Bien que le nombre de personnes qui m’envoient des courriels au sujet des problèmes d’allaitement varie d’un jour à l’autre, en général, environ une mère sur quatre qui éprouve des problèmes d’allaitement allaite son bébé en ne lui donnant qu’un sein par tétée. On en voit même qui complètent avec des biberons et des préparations pour nourrissons et n’offrent également au bébé qu’un seul sein à chaque tétée avant de lui donner un biberon.

 

Cette idée repose vraisemblablement sur l’information selon laquelle la quantité de graisses dans le lait maternel augmente à mesure que le bébé boit plus de lait maternel, comme le suggère cette étude International Breastfeeding Journal 2009; 4: 7-13, ainsi que plusieurs autres. Le fait que le taux de graisses dans le lait augmente au fur et à mesure que le sein est vidé (à l’aide d’un tire-lait) est probablement vrai également lorsque le bébé est au sein et boit. Mais l’idée de ne donner qu’un seul sein par tétée, comme une « règle » à suivre, a mis de nombreuses mères en difficulté avec une baisse de lactation après les premiers mois.

 

Et j’insiste, cette idée que le lait devient plus riche en matières grasses à mesure que le sein est vidé dépend du fait que le bébé boit, et qu’il ne fait pas que tétouiller sans recevoir de lait. C’est suffisamment important pour que je le répète plusieurs fois dans ces pages : un bébé ne reçoit pas nécessairement du lait simplement parce qu’il est au sein et fait des mouvements de succion.

 

Vidéo 1: Ce bébé boit très bien au sein. La pause que fait le

menton lorsque le bébé ouvre le plus grand la bouche,

signifie “Je viens de prendre une gorgée de lait”. Plus la pause

est longue, plus le bébé reçoit de lait.

 

Vidéo 2: Ce bébé prend le sein et tétouille mais n’obtient presque pas de lait. Il n’y a pas de

pause du menton parce qu’il n’y a pas de lait qui coule.

 

Vidéo 3 : Ce bébé se trouve entre les deux autres bébés des

vidéos ci-dessus, il obtient du lait mais peut-être pas

suffisamment pour prendre assez de poids rapidement.

Même avec une meilleure prise du sein et une meilleure

compression du sein, le bébé boit un peu, mais pas beaucoup.

Il serait préférable que la mère change rapidement de sein,

avant que le bébé ne commence à s’endormir.

 

Veuillez noter que les bébés ne s’endorment pas au sein parce que l’allaitement est un “travail difficile”. Cette idée que les bébés s’endorment au sein parce que l’allaitement est un ” travail dur ” ou « énergivore » n’est tout simplement pas vraie. Les bébés s’endorment lorsque l’écoulement du lait commence à ralentir, surtout s’ils sont âgés de seulement quelques semaines. Cette image erronée de l’allaitement qui fatigue le bébé vient de l’idée que ce sont les bébés qui transfèrent le lait. Non, ce sont les mères qui transfèrent le lait.

 

En d’autres termes, ce n’est pas une bonne idée de ne donner qu’un seul sein au bébé pour suivre une règle. Certes, s’assurer que le bébé « finit » le premier sein avant d’offrir le second peut aider à améliorer une prise de poids insuffisante ou l’agitation chez le bébé, mais les règles et l’allaitement ne font pas bon ménage. Comment la mère sait-elle que le bébé a « fini » le premier sein ? Parce que le bébé ne boit plus beaucoup au sein même avec la compression mammaire.

 

Si le bébé ne boit pas et ne reçoit pas de lait du sein, il ne sert à rien de le laisser simplement tétouiller au sein sans obtenir de lait pendant de longues périodes. Il est préférable de « finir » un sein et d’offrir l’autre. L’approche consistant à donner un sein par tétée sans « écouter » le bébé conduit à une baisse de lactation.

 

Beaucoup de mères garderont le bébé sur le premier sein jusqu’à ce qu’il soit complètement endormi. Ce qui fait que le bébé ne peut pas prendre le deuxième sein, même s’il lui est proposé. Imaginons que le bébé ait bu 80 % du lait dont il a besoin du premier côté. S’il reste sur ce sein jusqu’à ce qu’il s’endorme, il peut ne pas se réveiller pour prendre l’autre sein, car il ne sera pas particulièrement affamé à ce moment-là. Le bébé devrait se voir offrir le deuxième sein lorsque même avec la compression mammaire il ne boit plus beaucoup du premier, et non lorsqu’il dort.

 

De plus, les bébés ont tendance à recevoir moins de lait en fin d’après-midi et en soirée que le matin, donc ce qui pourrait fonctionner tôt le matin (le bébé finissant la tétée avec un seul sein) peut ne pas fonctionner en fin d’après-midi ou en soirée. Si le bébé pleure et s’agite le soir, la mère à qui l’on a conseillé « un sein par tétée » peut continuer à donner au bébé le même sein et finalement conclure qu’elle doit donner au bébé un biberon de lait artificiel. Et surprise, surprise, le bébé est satisfait, n’est plus agité au sein, ne tire plus sur le mamelon, et dort 3 heures voire plus. La mère peut même être convaincue qu’elle ne produit pas assez de lait. Ce biberon du soir, s’il est donné régulièrement, est également susceptible de conduire à une baisse de lactation, et à mesure que la lactation continue de baisser, le problème peut s’aggraver. Même si la mère met du lait maternel exprimé préalablement dans le biberon, cela n’empêche pas le problème.

 

Pour couronner le tout, ce qui peut fonctionner lorsque le bébé est âgé d’un mois, par exemple, peut ne pas fonctionner lorsqu’il est âgé de 3 ou 4 mois. Mais si la mère continue de croire que donner un sein par tétée est la meilleure façon de faire, la lactation continuera de baisser, et de nombreux symptômes d’une baisse de lactation tardive peuvent apparaître. Quels sont-ils ?

 

1. Diminution de la prise de poids ou même perte de poids. D’un autre côté, de nombreux bébés continueront à prendre du poids raisonnablement bien. Ce problème, généralement, est celui de la mère qui a démarré avec une lactation abondante, et souvent la production lactée est encore assez bonne. Mais le comportement du bébé montre que quelque chose ne va pas. Le vrai problème n’est pas le gain de poids ou le fait de savoir si le bébé reçoit assez de lait, mais le comportement du bébé au sein. Face à ce comportement, on fait fréquemment l’un des trois diagnostics suivants, tous incorrects (voir vidéo n°4) :

 

• “Coliques ” et agitation générale, le bébé tirant sur le mamelon, le lâchant, y revenant, le lâchant de nouveau. Comme dans cette vidéo. Les bébés qui pleurent beaucoup le font généralement parce qu’ils ont faim et non parce qu’ils ont des « coliques ». Et ils peuvent vouloir plus de lait même s’ils continuent à bien prendre du poids.

 

• “Reflux” avec le bébé tirant sur le mamelon, le lâchant, y revenant, le lâchant de nouveau. Comme dans la vidéo. Je crois que le « reflux » est très rare chez les bébés exclusivement allaités.

 

• « L’allergie à quelque chose se trouvant dans le lait maternel » avec le bébé tirant sur le mamelon, le lâchant, y revenant, le lâchant de nouveau, et avec maintenant du sang dans les selles. Comme dans cette vidéo.

 

Vidéo 4 : Ce bébé essaie prendre le sein, mais la prise de sein

n’est pas particulièrement bonne. Il tétouille, obtient de petites

quantités de lait, mais se retire du sein et le reprend. Il a des

gaz, et n’est pas heureux au sein. Mais malgré la croyance

presque universelle que ce sont les « gaz » qui provoquent ce

comportement ou rendent le bébé grognon, lui donnent des

coliques, ils ne provoquent rien de tout cela. Ce bébé agit

comme cela en raison d’une baisse de lactation tardive et de

tétées unilatérales.

 

2. Le bébé commence à sucer ses doigts une bonne partie du temps. C’est important parce que ce sera peut-être le seul autre symptôme associé à une baisse de lactation tardive. Le bébé est généralement heureux, prend du poids raisonnablement bien, et suce son doigt une bonne partie de la journée. Ceci est considéré comme normal par beaucoup de gens. Personnellement, je ne crois pas qu’il soit normal qu’un bébé suce ses doigts la plupart du temps.

 

3. Le bébé commence à se réveiller fréquemment la nuit alors qu’il ne se réveillait que rarement ou pas du tout. Ou, étonnamment, peut-être, au contraire, dort de longues heures durant la nuit, suçant peut-être son pouce ou une tétine.

 

4. Je ne crois plus que les soi-disant « grèves de la tétée » existent réellement. La « grève de la tétée » est due au fait que le bébé a l’impression qu’il n’y a plus beaucoup de lait dans le sein et donc s’en désintéresse et arrête de le prendre. Fait intéressant, les bébés qui refusent le sein dans la journée tètent souvent mieux la nuit, à un moment où la plupart des mères ont plus de lait.

 

5. Apparition tardive de mamelons douloureux, avec un bébé qui « mord » ou tire sur le sein. De plus, lorsque l’écoulement du lait ralentit, les bébés ont tendance à glisser sur le mamelon, ce qui cause des douleurs de mamelons à la mère.

 

6. Une candidose ou muguet n’explique pas les symptômes décrits ci-dessus, bien que la mère s’entende souvent dire que c’est le problème. Les bébés ne sont généralement pas dérangés par du muguet.

 

7. Diminution des selles. Cela peut être normal, mais je commence à reconsidérer cela, et je crois que l’on ne peut pas qualifier les selles peu fréquentes de « normales » lorsque l’allaitement est associé à l’un des autres symptômes énumérés ici.

 

8. Le bébé peut commencer à se réveiller plus la nuit. Il en résulte que le bébé reçoit plus de lait car, comme nous l’avons déjà mentionné, les bébés ont tendance à mieux se nourrir la nuit, ce qui explique peut-être pourquoi le bébé continue à prendre du poids malgré les autres symptômes.

 

9. D’un autre côté, le bébé peut commencer à dormir la nuit alors qu’il ne le faisait pas auparavant, ce qui est encore une réaction à une diminution de la lactation.

 

10. Le bébé se « sèvre naturellement ». Je ne crois pas qu’un bébé de moins de 2 ou 3 ans décide de « se sevrer ». S’il se désintéresse du sein, cela signifie généralement que la lactation de la mère a diminué.

 

Comment savoir si le bébé a « fini » le premier côté ?

 

Parce que le bébé ne boit plus, même en faisant la compression du sein. Cela ne signifie pas que la mère doit retirer le bébé du sein dès que le bébé ne boit pas du tout pendant une minute ou deux (la mère peut avoir un autre réflexe d’éjection). Cependant, s’il est évident que le bébé ne boit pas, nous recommandons à la mère de retirer le bébé du sein et de lui offrir l’autre côté, avant qu’il ne tombe endormi. Si le bébé tire sur le sein et que les compressions n’aident pas, la mère devrait retirer le bébé du sein et proposer l’autre côté. Si le bébé est réveillé et n’a plus faim, il ne prendra pas le deuxième côté. S’il en veut plus, il le prendra. Si le bébé s’endort alors qu’il est au premier sein, il peut ne pas prendre le deuxième côté. Comment savez-vous si le bébé boit ou non ?

 

Si le bébé lâche le sein, est-ce que cela signifie que le bébé a « fini » ce côté ? Pas nécessairement. Les bébés lâchent souvent le sein lorsque l’écoulement du lait ralentit temporairement, ou parfois lorsque la mère a un réflexe d’éjection et que le bébé, surpris par le flux rapide et soudain, se dégage. La mère peut lui proposer le même sein de nouveau s’il en veut plus, mais si le bébé ne boit pas, même avec la compression, il devrait être changé de côté. Avant qu’il ne devienne trop somnolent parce que s’il dort profondément, il pourrait ne pas prendre le deuxième côté alors qu’il le ferait s’il était plus éveillé.

 

Copyright: Jack Newman, MD, FRCPC, 2017, 2018

 

Vous avez besoin d’aide avec votre allaitement? Prenez rendez-vous dans notre clinique

 

Traduction par Vanessa Lasne de LLL France: One sided feedings or two ?

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.