Le bébé qui ne prend pas encore le sein

Lorsqu’un bébé ne prend pas encore le sein, cela peut être très pénible pour la mère, son partenaire, le personnel hospitalier et le reste de la famille. Cette situation représente le troisième problème le plus fréquent que nous observons dans notre consultation, non loin derrière le bébé qui ne reçoit pas assez de lait du sein et de la mère qui a mal aux mamelons.

 

Pourquoi un bébé serait-il incapable de prendre le sein ?

 

Ce problème semble aller complètement à l’encontre de ce qui est nécessaire à la survie du bébé, et ce devait être un problème très rare avant la médecine moderne. En Afrique australe, où j’ai travaillé pendant 18 mois en tant que pédiatre, je ne me souviens pas d’un seul bébé qui n’ait pas pris le sein. Mais ma mémoire n’est plus aussi bonne qu’elle était.

 

De nombreux bébés ne prennent pas le sein en raison des conditions dans lesquelles les femmes donnent naissance au 21e siècle :

 

1. Une surhydratation de la mère causée par les liquides reçus par voie intraveineuse pendant le travail, l’accouchement et après la naissance, entraînant un œdème des aréoles et des mamelons, peut rendre la prise du sein très difficile. Et trop souvent, lorsque le bébé ne prend pas immédiatement le sein, au lieu de laisser à la mère et au bébé le temps de s’habituer l’un à l’autre et d’effectuer la mise au sein, le personnel hospitalier met le bébé au biberon et/ou donne à la mère un bout de sein. L’idée qu’un bout de sein puisse avoir un impact positif est une illusion.  En réalité, un bébé qui tète sur un bout de sein ne prend pas du tout le sein, et la production de lait diminue tôt ou tard.

 

2. Aspiration du bébé après la naissance. La première expérience du bébé après la naissance – si elle est négative – peut entraîner son refus de prendre le sein. La stimulation orale chez le nouveau-né est une expérience très puissante. L’aspiration est une procédure brutale, très vigoureuse et négative pour le bébé qui peut développer une aversion pour quelque chose en particulier ou pour tout ce qui sera mis dans sa bouche. Et le pire dans tout cela, c’est que l’aspiration est rarement nécessaire. Autrefois, il n’y a pas si longtemps, elle était faite systématiquement.

 

3. Médicaments administrés pendant le travail et l’accouchement. Par exemple, ceux administrés pour diminuer la douleur. Malgré ce que disent de nombreux anesthésistes, il n’est tout simplement pas vrai de dire que les médicaments administrés par péridurale n’affectent pas le bébé. Voir ces études :  Birth 2015;42(4):319-328, Eur J Clin Pharmacol 2005;61(7):517–522, Birth 2001;28(1):5–12, Midwifery 2009;25(2):e31–e38, Anesthesiology 2005;103(6):1211–1217, Matern Child Health J 2013;17(4):689–698, Int Breastfeed J 2006;1:24

 

4. Si le bébé est séparé de la mère après la naissance au lieu d’être autorisé à être en peau à peau pendant au moins 2 heures après l’accouchement, il a beaucoup moins de chances de prendre le sein, surtout s’il reçoit des tétines artificielles. Un bébé devrait être autorisé à ramper vers le sein depuis l’abdomen de sa mère, mais dans la plupart des hôpitaux du monde c’est une pratique inhabituelle car cela prend du temps, approximativement 50 minutes voire plus, mais parfois moins. Mais à long terme, c’est du temps bien utilisé. Voici une anecdote : “le mari d’une de mes amies s’est évanoui lors de la naissance de son premier bébé. Le personnel a donné le bébé à la mère pendant qu’il s’occupait du père qui s’était cogné la tête et était sans connaissance. Mon amie, regardant son mari avec inquiétude, n’a pas remarqué au début que le bébé, tout seul, avait pris le sein et tétait”.

 

5. Un bébé emmailloté ou enveloppé après la naissance a moins de chances de prendre le sein. Les couches de vêtements peuvent empêcher le bébé de prendre le sein ou de trouver un moyen facile de le faire. Les couches de vêtements peuvent également rendre le bébé somnolent au lieu de le rendre alerte et de lui faire chercher le sein. D’une certaine manière, un bébé emmailloté ou enveloppé est séparé de sa mère.

 

6. Des études ont montré que le bébé trouve le sein grâce à son odorat. Le lavage des mamelons et des aréoles peut rendre plus difficile pour le bébé de trouver le sein et de téter.

 

7. Les bébés qui ont connu des problèmes tels qu’un manque d’oxygène pendant l’accouchement ou peu après et qui ont dû être réanimés, peuvent avoir des difficultés à prendre le sein.  Cela peut être dû à des lésions du système nerveux (temporaires ou durables) ou aux manipulations effectuées lors de la réanimation.

 

8. Forcer le bébé à prendre le sein et essayer de l’y maintenir ne fonctionne pas. Le bébé deviendra tout mou ou repoussera le sein. Certains bébés peuvent passer de l’un à l’autre. Trop souvent, l’«aide» continuera d’essayer de forcer le bébé à prendre le sein, ce qui ne fera qu’empirer les choses.

 

D’autres raisons pour lesquelles le bébé peut ne pas prendre le sein :

 

1. Un frein de langue seul, à moins qu’il ne soit très serré, n’empêchera probablement pas un bébé de prendre le sein, mais combinez un frein de langue avec les seins de la mère qui sont gonflés par les liquides intraveineux et l’introduction précoce de biberons parce que le bébé ne prend pas le sein, et vous avez un problème. Les problèmes d’allaitement, y compris lorsqu’un bébé ne prend pas le sein, sont généralement dus à l’action conjuguée de plusieurs facteurs. Le frein de langue n’est que l’un des éléments qui font que le bébé ne prend pas le sein.

A tongue tie may interfere with latching on.

Photo 1. Le frein de langue de ce bébé est assez évident, bien qu’à l’hôpital, on ait dit à la mère qu’il n’en avait pas. Les freins de langue peuvent rendre la prise du sein plus difficile pour le bébé. Ils causent également souvent des douleurs de mamelons à la mère.

2. Les bébés qui ont une fente palatine ont des difficultés à prendre le sein. Mais certains bébés y parviennent. Malheureusement, certains programmes d’accompagnement des bébés présentant une fente palatine partent du principe que le bébé ne prendra pas le sein et découragent la mère ne serait-ce que d’essayer d’allaiter. Il est évident que si le bébé n’a pas l’opportunité de le faire, il ne prendra pas le sein. Dans d’autres programmes, les bébés sont immédiatement équipés d’un obturateur pour combler la fente et dans ce cas, ils prennent apparemment le sein, du moins beaucoup d’entre eux.

 

A baby with a cleft of the soft palate

Photo 2: Il s’agit d’une fente typique du palais mou. Elle n’a pas été vue à l’hôpital car trop souvent l’examen physique du nouveau-né est superficiel. Dans le cas d’une fente du palais mou, souvent le bébé laisse le sein entrer dans sa bouche (mais ne le prend pas vraiment) et émet un bruit de gloussement typique lors de la succion.

3. Certaines mères ont de très gros tétons ou des mamelons ombiliqués (parfois appelés mamelons inversés). Les mamelons ombiliqués ne devraient pas en soi rendre l’allaitement impossible.

 

Vidéo 1: Ce bébé a pris le sein malgré une fente du palais mou. Il est complété avec un DAL (Dispositif d’Aide à la Lactation) au sein et boit très bien.

 

En réalité, les très gros mamelons posent probablement plus de difficultés que les mamelons ombiliqués. Prendre le temps nécessaire pour que le bébé apprenne à prendre le sein lorsque les mamelons sont très gros finira par porter ses fruits. En attendant, nourrissez le bébé à l’aide d’un gobelet, d’une cuillère. L’utilisation d’un Dispositif d’Aide à la Lactation fonctionne souvent même si les mamelons sont très gros. Le bébé s’habitue à recevoir du lait du sein et, au bout d’un moment,  il va “comprendre le truc” et prendre le sein. La patience est une vertu dans ce type de situation. Se précipiter sur des biberons ou sur un bout de sein ne l’est pas.

 

Vidéo 2 : Malgré l’apparence du mamelon, qui était la même des deux côtés, avec une aide efficace, le bébé a pris le sein et a très bien bu.  C’est le quatrième bébé de cette mère, dont aucun des bébés précédents n’avait jamais pris le sein.  Ce bébé est âgé de 5 heures.

 

4. Les bébés présentant des anomalies neurologiques ou d’autres anomalies (faciales / orales) peuvent avoir des difficultés à prendre le sein.

 

Si le bébé ne prend pas le sein, que faire ?

 

1. Faire preuve de patience, ne pas intervenir tout de suite après la naissance ni se précipter sur des “solutions” telles que biberons et bouts de sein.

 

2. Favoriser le contact peau à peau, autant que possible, et il est possible que le bébé trouve le sein et le prenne, parfois sans aucune aide. Une infirmière ou un autre professionnel de santé qualifié devrait être avec la mère et le bébé, car la mère peut avoir des effets résiduels des produits qu’elle a reçus.

 

3. Si le bébé n’a pas pris le sein dans les quelques heures qui suivent, la mère devrait se faire aider pour exprimer son lait et nourrir le bébé à la cuillère ou au gobelet.  L’expression manuelle fonctionne souvent mieux qu’un tire-lait avant que la quantité de lait n’augmente au troisième ou quatrième jour.  Et souvent même lorsqu’elle a augmenté.

Cup feeding a newborn rather than using a bottle.

Photo 3: Ce nouveau-né est nourri au gobelet avec le colostrum exprimé par sa mère. Pourquoi un biberon serait-il meilleur ? Ce n’est pas le cas.

 

Vidéo 3 : Ce bébé de 4 mois est nourri au gobelet pour éviter d’utiliser un biberon. L’alimentation au gobelet est possible même si le bébé n’est âgé que d’un jour ou même chez les prématurés.

 

4. La mère devrait obtenir l’aide d’une personne qualifiée et expérimentée pour essayer de bien mettre le bébé au sein.

 

5. Utiliser la compression du sein pour augmenter le débit de lait du sein encouragera le bébé à prendre le sein et à y rester.

 

6. Le personnel hospitalier devrait créer une atmosphère détendue autour des bébés qui ne prennent pas le sein et ne pas paniquer.  Si le personnel panique, la mère le fera aussi. De nombreux bébés prennent le sein lorsque la production de lait augmente le troisième ou le quatrième jour.

 

7. Après le troisième ou le quatrième jour, lorsque la production de lait de la mère a augmenté et que le bébé ne tète toujours pas, l’alimentation “au doigt” est une technique qui fonctionne souvent pour préparer le bébé à prendre le sein. La vidéo ci-dessous montre comment l’alimentation “au doigt” aide le bébé à prendre le sein. Notez que l’alimentation “au doigt” ne doit être effectuée que très peu de temps avant d’essayer de mettre le bébé au sein. Elle réveille un bébé somnolent et calme également un bébé agité.

 

Vidéo 4 : L’alimentation au doigt est une technique utile pour aider un bébé qui hésite à prendre le sein. L’alimentation au doigt calme un bébé contrarié et réveille un bébé somnolent. Une fois que le bébé tète bien, mettez-le au sein. N’essayez pas de forcer le bébé à prendre le sein.  Comme on le voit dans la vidéo, il a fallu plusieurs tentatives pour que le bébé prenne le sein. Laisser le bébé se détacher du sein s’il n’a pas pris le sein fonctionne mieux que d’essayer de le forcer à prendre le sein lorsqu’il résiste à y rester, ce qui ne fonctionne pas du tout, et ne fait au contraire qu’empirer les choses. Ce bébé est né plusieurs semaines avant terme, il a deux mois dans la vidéo et n’a jamais pris le sein de sa vie.

 

8. L’utilisation d’un Dispositif d’Aide à la Lactation après avoir alimenté le bébé “au doigt” peut être un bon moyen de l’aider à rester au sein. Voir vidéo 4.

 

9. Certains bébés sont prêts à expérimenter la tétée s’ils ont d’abord été nourris avec un peu de lait “au doigt” ou avec un gobelet.

 

10. Essayer de mettre le bébé au sein dès qu’il s’éveille ou juste au moment où il s’endort fonctionne parfois très bien.

 

11. Les bébés qui pleurent et crient sont difficiles à mettre au sein. Montrer à la mère comment calmer le bébé peut aider celui-ci à prendre le sein.

 

12. S’assurer que la mère exprime son lait et met en place une très bonne lactation est un facteur déterminant pour savoir si le bébé va téter. Plus de lait signifie un débit plus rapide, un débit plus rapide signifie que le bébé est plus susceptible de téter.

 

La patience, oui, est une vertu.  Même au début du XIXe siècle, avant les péridurales, avant les perfusions intraveineuses, les bébés ne prenaient pas toujours le sein immédiatement.  Qu’est-ce que cela nous apprend ?  A ne pas trop focaliser sur le fait que les bébés ne prennent pas toujours immédiatement le sein, mais patience, souvent le bébé le fera. Lisez ce court extrait du long poème de Goethe, Faust, et vous obtiendrez de bons conseils et, grâce aux seins généreux de la sagesse, vous saurez vous aussi que faire quand un bébé ne prend pas le sein.

 

L’enfant d’abord ne prend pas volontiers le sein de sa mère ; mais bientôt c’est avec délices qu’il y puise sa nourriture. Il en sera ainsi de vous, et vous prendrez goût de jour en jour à sucer le sein de la sagesse.

 

So nimmt ein Kind der Mutter Brust

Nicht gleich im Anfang willig an,

Doch bald ernährt es sich mit Lust.

So wird’s Euch an der Weisheit Brüsten

Mit jedem Tage mehr gelüsten.

 

—Goethe. Faust. Mephistopheles parlant à l’écolier

 

Et la dompéridone?

 

Même si la mère est capable d’exprimer tout le lait dont le bébé a besoin, nous utilisons souvent la dompéridone pour augmenter la lactation de la mère. Pourquoi ? Parce que plus de lait signifie un écoulement plus rapide, et un écoulement plus rapide signifie que le bébé est plus susceptible de téter. Revenez à la vidéo du bébé qui a pris le sein après avoir été nourri “au doigt”. Vous remarquerez que le bébé a pris le sein avec un DAL. Le bébé reçoit plus de lait et donc prend le sein et y reste, même si cela nécessite plusieurs tentatives.

 

Copyright: Jack Newman, MD, FRCPC, Andrea Polokova, 2017, 2018, 2020

 

Traduction de Vanessa Lasne – LLL France

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.