Relactation

Si vous cherchez à induire une lactation plutôt qu’à relacter, dans le but d’allaiter un nourrisson né d’une mère porteuse ou un bébé adopté, regardez cet article. (cet article sur l’induction d’une lactation n’est pas encore disponible en français)

 

Il est possible de reprendre l’allaitement même si vous l’avez interrompu depuis de nombreuses semaines ou mois.

 

Toutefois, il est d’abord important que les mères sachent qu’il n’est pratiquement jamais nécessaire d’arrêter l’allaitement. La plupart des raisons données pour arrêter l’allaitement ne sont pas des raisons valables et la plupart des problèmes entraînant l’arrêt de l’allaitement auraient pu être évités ou traités. Beaucoup de mères cessent d’allaiter à cause d’un problème en pensant qu’elles recommenceront simplement l’allaitement une fois le problème réglé. Il pourra être très difficile de reprendre l’allaitement après un arrêt de même quelques jours.

 

Pourquoi les mères ont-elles le sentiment qu’elles doivent arrêter ou s’entendent elles dire qu’elles doivent cesser d’allaiter?

 

La mère ne produit pas assez de lait. De trop nombreux professionnels de santé semblent avoir dans l’idée qu’un peu de lait humain est pire que pas de lait humain du tout. Ceci est dû à l’impression erronée que l’allaitement est nécessairement douloureux ou fatigant ou “prend trop à la mère”. Ceci n’est simplement pas vrai, ou plutôt, ceci ne devrait pas être vrai. L’allaitement devrait être facile, indolore, pas fatigant, et un plaisir pour la mère et le bébé. La raison pour laquelle l’allaitement ne correspond pas à ce tableau “idéal” est due à de multiples causes, incluant les interventions pendant le travail et la naissance, et notamment les grands volumes de liquides que les mères reçoivent par voie intraveineuse aussi bien que de nombreuses autres interventions y compris après la naissance, les règles concernant la perte de poids pour lesquelles il n’existe pas de preuve convenables. En outre, le manque de formation de l’équipe hospitalière et des médecins aboutit souvent à l’introduction de biberons et de lait artificiel quand ce n’est pas nécessaire, mais qui sapent la confiance de la mère en l’allaitement et lui font croire qu’elle ne produit pas suffisamment de lait.

 

L’allaitement est douloureux. Mais l’allaitement ne devrait pas être douloureux. Les mamelons et les seins douloureux peuvent être évités et s’ils se produisent, ils peuvent souvent être traités facilement, particulièrement si l’aide débute rapidement. Nous avons des mères orientées vers notre clinique en consultation avec des douleurs aux mamelons depuis 8 semaines ou plus. Qu’en pensent le médecin et la sage femme? Comme avec tous les problèmes d’allaitement, plus tôt la mère obtient une aide efficace pour ses douleurs aux mamelons / seins, plus le problème est facile à résoudre.

 

• La mère s’entend dire que le bébé a besoin de lait industriel dans les tout premiers jours postpartum en raison d’une hypoglycémie ou parce qu’il présente une jaunisse. L’utilisation de biberons peut avoir pour résultat un bébé qui ne prend pas le sein, ou un allaitement qui n’est pas bien mis en route.

 

• Le bébé ne prend pas le sein. Le problème principal avec le bébé qui ne prend pas le sein est la précipitation à agir, alors qu’en fait il n’y a pas besoin de se précipiter ; lorsque le bébé ne prend pas le sein, il peut être nourri au gobelet ou à la cuillère jusqu’à ce que la montée de lait ait lieu. Souvent, quand la quantité de lait augmente autour du troisième ou quatrième jour, le bébé va simplement prendre le sein. Trop souvent le bébé ne prend pas le sein en raison de l’introduction rapide de biberons pour traiter une hypoglycémie, une jaunisse ou une perte de poids de 10%. L’intervention inutile et nocive la plus répandue quand le bébé ne prend pas le sein est pour l’équipe de l’hôpital de recommander un bout de sein. Mais pour la plupart des mères, tout ce que fait un bout de sein, c’est donner l’impression que le problème est résolu, tandis qu’à long terme, et même à court terme, la conséquence chez la plupart d’entre elles est une diminution de la production lactée, l’introduction ultérieure de biberons et un refus du sein qui n’est pas rare.

 

 

Cup feeding to avoid a nipple shield

Ce bébé n’a pas pris le sein. Il est nourri au gobelet avec du colostrum exprimé, ce qui est mieux qu’avec un biberon et est une approche utile pour éviterl’utilisation d’un bout de sein.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

• L’utilisation de bouts de sein est recommandée à tort, habituellement en cas de douleurs au mamelons, d’engorgement, lorsque le bébé ne prend pas le sein et pour apprendre à un prématuré ou même à un bébé né à terme à téter, cette dernière raison est une absurdité si toutefois c’en est une. Tous ces problèmes peuvent être résolus différemment sans l’utilisation d’un bout de sein. Il n’y a rien qui puisse être fait avec un bout de sein qui ne pourrait être fait mieux sans.

 

• La mère doit prendre des médicaments et s’entend dire qu’elle ne peut allaiter pendant qu’elle prend ce traitement. En fait, il est rare qu’une mère doivent arrêter l’allaitement pour un traitement qu’elle doit prendre.

 

• Une mère avec une infection s’entend dire qu’elle ne doit pas allaiter car elle risque de transmettre l’infection à son bébé. En réalité, la meilleure protection pour le bébé contre la survenue d’une maladie est dans la grande majorité des cas de continuer l’allaitement.

 

• Une mère avec une maladie non infectieuse s’entend dire qu’elle ne devrait pas allaiter car elle aura besoin d’un traitement, ce qui est rarement vrai, ou parce que l’allaitement est fatigant et difficile pour la mère.

 

• Le bébé à une “jaunisse au lait maternel”. Trop souvent, la mère s’entend dire qu’elle doit arrêter l’allaitement quand, en réalité, c’est complètement inutile. Même interrompre l’allaitement 2 ou 3 jours est suffisant pour causer des problèmes d’allaitement significatifs.

 

• Et il y a une quantité d’autres raisons, allant d’absurdes à ridicules, pour lesquelles les mères s’entendent dire qu’elles doivent arrêter l’allaitement. Ou interrompre l’allaitement pour une durée variable (par exemple, des examens radiologiques, une opération chirurgicale de la mère) et à qui on dit que “vous pouvez simplement recommencer” après “l’interruption”. Mais, ce n’est simplement pas vrai que la mère et le bébé peuvent juste reprendre l’allaitement tel qu’il était. Après avoir interrompu l’allaitement même pour quelques jours, et remplacé les tétées par des biberons, il peut être très difficile de revenir à l’allaitement tel qu’il était. Et la mère frustrée arrête ainsi d’allaiter.

 

Ainsi, l’étape la plus importante d’une relactation est d’éviter d’avoir besoin de relacter, pour recevoir une aide efficace “avec les mains” et des conseils avisés. Malheureusement, une aide efficace pour l’allaitement n’est pas une chose facilement disponible partout.

 

Mais vous n’allaitez plus. Alors que faites vous?

 

Les informations ci dessous sont également valables pour une mère qui tire son lait exclusivement.

 

Il y a deux points à prendre en compte :

 

1. Faire en sorte que le bébé prenne le sein.
2. Augmenter / relancer la production lactée.

 

• Si le bébé est prêt à prendre le sein, tout est possible. Toutefois, si le bébé n’a pas tété depuis des semaines, vous aurez probablement besoin de compléments sauf si votre bébé est nourri exclusivement avec du lait exprimé.

 

• Essayer d’obtenir la meilleure prise de sein possible. Savoir comment reconnaître que le bébé boit du lait au sein ou n’obtient pas de lait du sein. Si le bébé ne boit pas, tétouille seulement, alors essayez la compression du sein pour qu’il continue à boire. Quand le bébé ne boit plus, changez de côté et répétez le procédé. S’il est nécessaire de supplémenter le bébé, il est mieux de donner les suppléments au sein à l’aide d’un dispositif d’aide à la lactation. La dompéridone peut augmenter la production lactée. Nous commençons avec une dose de 30mg (3 comprimés de 10mg 3 fois par jour, 90mg/jour).

 

• Le mieux est de garder le bébé en peau à peau autant que possible, avec le sein disponible pour le bébé. Ce qui est bon pour les bébés prématurés en terme de contact peau à peau est bon pour les bébés de tous âges.

 

• Si le bébé est réticent à prendre le sein ou le refuse complètement, alors il est tout de même possible d’aider le bébé à téter. Notez qu’un bébé sur un bout de sein ne prend pas le sein et que donner un bout de sein n’est pas une solution.

 

• Une étape importante est d’arrêter d’utiliser des biberons et des tétines. Un gobelet ou une petite cuillère peuvent être utilisés pour nourrir le bébé, fonctionnent également avec les prématurés et sont faciles à utiliser si cela est montré correctement. Si le bébé est plus grand, disons plus de 3 ou 4 mois, il peut être plus facile d’arrêter les biberons. Au lieu d’être nourri au biberon, le bébé peut être nourri avec des aliments solides, autant qu’il va en manger, aussi souvent qu’il va en manger sans être forcé. Les céréales infantiles du commerce ne sont pas des aliments de bonne qualité car elles sont pauvres en calories et en nutriments (excepté le fer, mais la majorité du fer finit dans la couche du bébé). De nombreux bébés de cet âge vont manger toutes sortes d’aliments hautement caloriques comme les bananes, les avocats (30% de graisses), et la purée de pomme de terre sans problèmes. Des liquides, de préférence du lait maternel, du beurre ou de l’huile (végétale, olive, etc) peuvent être ajoutés aux aliments solides.

 

Ce bébé âgé de quatre mois n’a jamais été allaité exclusivement. Ce bébé prend le sein et a continué à prendre le sein car il a toujours été complété avec un dispositif d’aide à la lactation au sein. Mais la mère souhaitait arrêter d’utiliser un dispositif d’aide à la lactation. Au lieu de commencer les biberons, elle pourrait commencer à utiliser un gobelet ou une petite cuillère pour nourrir le bébé. Mais il est possible et préférable de faire commencer les aliments solides au bébé dès que possible. Alors le bébé tète et mange des solides – tout comme n’importe quel bébé le ferait à peu près à l’âge de 6 mois. Je crois que le bébé se voit proposer de l’avocat dans cette vidéo mais cela peut être de la banane.

 

• Le contact peau à peau autant que possible avec le bébé. Si le sein est disponible pour le bébé, le bébé pourra prendre le sein. En augmentant la production lactée avec de la dompéridone, le bébé va sentir la présence de lait dans le sein, les glandes de Montgomery faisant savoir au bébé que du lait est disponible. Si la mère parvient à donner le lait maternel (au gobelet ou à la cuillère) quand elle est en peau à peau avec le bébé et que le bébé est près du sein, cela peut aider le bébé à prendre le sein. Prendre un bain avec le bébé peut parfois aider également.

 

• Si rien ne fonctionne, l’utilisation de la dompéridone et l’expression manuelle / avec un tire-lait vous permettront de nourrir votre bébé avec votre lait (à utiliser uniquement lorsque vous avez donné aux méthodes ci-dessus suffisamment de temps pour agir et que le bébé ne prend pas le sein).

 

Soyez patiente. Ramener le bébé au sein peut prendre du temps mais il y a de nombreux bébés qui ont recommencé un allaitement exclusif après des semaines ou des mois sans allaitement.

 

Traduction du feuillet, « Relactation» Dr Jack Newman, MD, FRCPC © 2018
Version française, janvier 2018 par Vanessa Lasne, animatrice LLL.
Texte d’origine: https://ibconline.ca/relactation/
Peut être copié et diffusé sans autre autorisation, à condition qu’il ne soit utilisé dans aucun contexte où le Code international de commercialisation des substituts du lait maternel de l’OMS est violé.

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.